La TransGrancanaria en Rando-Course de Nathalie Mauclair

Rundez-vous

La TransGrancanaria en Rando-Course de Nathalie Mauclair

Prendre le départ de cet Ultra de 128 km et de 7500m de D+ en ayant fait pour sortie longue 20km début janvier et aucun entrainement spécifique de côtes (qui sont déjà minimaliste quand j’en fait en Sarthe).On peut dire que c’était un sacré défi !! Une vilaine douleur au mollet m’a empêché de courir une bonne partie de l’hiver.

Je me suis dit « à défaut de physique bosses ton mental », j’ai ressorti mes outils d’avant course : lectures, apprentissage du parcours et du profil. J’ai fait de la visualisation positive même dans la difficulté, et j’ai pratiqué de l’auto-hypnose pendant la course … Il fallait y croire !!! …. J’y aie cru … ça l’a fait !!! Bien sûr je ne recommande à personne d’arriver sur un ultra avec si peu de préparation, mais c’était important pour moi de pouvoir participer à cette course. J’avais envie de cette longue balade qui apporte un temps d’introspection que je n’arrive pas à avoir ailleurs… J’ai fait le point : oui j’aime être en nature, être confrontée aux éléments (le vent, la chaleur, la nuit, le jour, …) savourer la chance que j’ai d’être là et la forme pour pouvoir faire ça. Ce que je préfère avant tout, c’est courir alors pour mes prochaines compétitions, j’arriverai prêtre pour avoir encore plus de plaisir. J’ai besoin d’un objectif plus précis que celui de finir.

J’ai pu aussi vérifier que ma tête et mon corp ont retrouvé leur synchronisation. Pendant les 22H de course, je n’ai pas eu de petite voix qui est venue me taquiner « qu’est-ce que tu fais là ? », « tu serais mieux à la plage ou au bord de la piscine à l’hôtel ? » non, rien du tout, je suis restée focus sur mon objectif … et ça c’est une belle victoire !!!  Cette « course » s’est déroulée comme un grand nettoyage, elle a balayé tous mes doutes et surtout le premier « aimes-tu encore courir ? » … et bien oui !!!, j’aime courir avec vous tous pour tout ce que vous m’apportez, vos sourires, vos mots, vos regards et j’aime courir à l’entrainement pour arriver prête aux compétitions. J’aime être focus sur mon objectif et me donner les moyens d’y arriver !!!

De cette aventure, un peu folle, je garderai dans ma mémoire la variété et la beauté des paysages, le coucher et le lever de soleil (comme toujours). Le ravitaillement de Garanon avec sa saveur poulet-grenaille de pomme de terre et du massage de mes p’tites pattes qui ont pues se relancer. Des échanges que j’ai eus avec beaucoup d’entre vous. J’ai vu de la surprise et de la joie à faire quelques mètres ou km avec moi. Vos encouragements et ceux des supporters sur les trottoirs ou en montagne. J’ai ressenti l’énergie communicative des coureurs du 65 km qui m’a relancée alors que ça commençait à être un peu plus dure.

J’avais pensé profiter d’avantage des paysages mais que j’aille vite ou doucement il faut quand même regarder où je mets les pieds !!! Enfin, je vous applaudie tous vraiment, les coureurs du peloton car j’ai trouvé ça très dure de courir longtemps plus lentement. Enfin, les 20 derniers km ont été terribles avec ces chemins pleins de cailloux qui n’en finissaient pas… Si j’avais mis 4 heures de moins je n’aurais pas eu à ressortir la frontale, et j’aurais bénéficier de plus d’énergie positive.

Si vous vous demandez parfois à quoi sert les différentes séances du plan l’entrainement, et bien juste à mieux vivre votre challenge !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *